Tibetdoc

Accueil du site > Histoire > Les ’Gardes Rouges’ tibétains

Les ’Gardes Rouges’ tibétains

dimanche 25 avril 2010

Oui, en effet, les premiers étaient des Tibétains.

Les hauts-dirigeants du PCC à cette époque au Tibet étaient des Han et très réticents vis-à-vis d’activités incontrôlées de la base. Ils ont formé "formellement" un comité de la Révolution Culturelle en juin 1966, qui se limitait à de la rhétorique. Puis en septembre 1966 ont été créés des groupes de Gardes Rouges Tibétains dans l’école secondaire et dans l’école normale de Lhasa, puisque nationalement en Chine il "fallait" former des groupes de Gardes Rouges d’étudiants. Mais ceux de Lhasa restaient encore sous la direction de quelques professeurs Han modérés de ces deux écoles. Pas question de commencer à causer des ravages partout. A la même période (septembre) les étudiants tibétains de Beijing et de Xianyang reçoivent l’autorisation de se rendre ’en masse’ (quelques milliers) à Lhasa pour y mener la Révolution Culturelle à fond. Ce qu’ils vont faire. Les hauts-dirigeants Han ’modérés’ y seront presque tous évincés. Début novembre arriveront trous groupes d’étudiants han (total 100 à 200 ?) à Lhasa venant de Beijing, malgré l’interdiction de Zhou En Lai et malgré un ordre du Conseil d’Etat début décembre qui les ’rappelait’. Une lutte farouche et armée entre deux factions de Gardes Rouges, mixtes tibétain-han, va éclater : Gyenlo (les plus radicaux) et Nyamdre (les légèrement modérés). Elle durera jusque début 1970, causant la mort à quelques centaines de personnes. En 1970 l’armée restaurera l’ordre.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette