Tibetdoc

Accueil du site > Gouvernement régional > Forces armées > Maintien de l’ordre dans la vielle ville de Lhassa

Maintien de l’ordre dans la vielle ville de Lhassa

lundi 16 février 2009

Au cœur de la vieille ville, des « petits soldats verts » et des « grands policiers noirs » circulent entre les touristes, en avançant au même rythme que les pèlerins. Pas une seule fois, je ne les ai vus contrôler une identité, ni fouiller quelqu’un. Pourtant, au mois de novembre 2008, lorsque j’étais à Lhassa, voici ce qu’on racontait en Europe : « la tension est palpable dans la capitale tibétaine, tout le monde est soupçonné, la répression y est terrible ». Je n’ai pas eu l’occasion de le constater.

J’écris « des petits soldats verts » parce qu’ils sont très jeunes et que les militaires de l’Armée chinoise portent un uniforme vert. Ils sont postés par groupe de trois, aux coins des rues de la vieille ville. Le premier porte un fusil, le second un bouclier, le troisième un émetteur radio. Quand les pelotons suivants arrivent pour prendre la relève, plusieurs petits groupes se rassemblent, et par neuf ou par douze, les soldats rentrent au pas jusqu’à la caserne. Je n’ai jamais remarqué chez eux une attitude ou un geste intimidant. Bien que discrets, leur présence est visible ; il ne fait pas de doute que la vieille ville est placée sous contrôle. Sur un toit situé en face du Jokhang (temple au centre de la vieille ville) est posté un soldat armé qui, d’en haut, surveille la place, devant le temple ; un autre soldat garde un œil permanent sur la place à partir d’un toit adjacent. Hormis l’armée, la police est également présente. La police est tibétaine, composée d’hommes et de femmes en uniforme noir ; ils sont un peu plus robustes que les « petits soldats verts ». Autour du temple du Jokhang, sous de grands parasols multicolores, ils sont installés par groupes de deux ou de trois, positionnés à égale distance l’un de l’autre, tous les 50 à 100 mètres environ. Ils sont assis sur des chaises en plastic derrière une petite table de jardin pliable. Devant eux trône le thermos rempli de thé au beurre. De temps en temps, des patrouilles de police, armées, passent en rang, mais je n’en ai pas vues tous les jours. Eviter un attentat à la bombe aux environs du Barkhor n’est pas une mince affaire pour les services d’ordre. Souvenons-nous qu’il y a peu, le 14 mars 2008, des groupes de jeunes lançaient des bouteilles incendiaires au centre-ville . Devenus relativement fréquents en Asie Centrale, au Pakistan ou en Inde, les attentats sévissent non loin d’ici.

patrouille passant devant un commerce incendié en mars 2008

police tibétaine

les gardiens tibétains du "Barkhor" sous leur petite tente


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette