Tibetdoc

Accueil du site > Publications > nouveau livre d’Albert Ettinger publié aux éd. Zambon : “FREIES TIBET ? Staat, (...)

nouveau livre d’Albert Ettinger publié aux éd. Zambon : “FREIES TIBET ? Staat, Gesellschaft und Ideologie im real existierenden Lamaismus.”

de Albert Ettinger

mardi 30 septembre 2014, par Albert Ettinger

Le TIBET… Quelles sont les images ou les idées qui vous passent par la tête quand vous lisez ou entendez ce mot ? Une expression toute faite comme « le toit du monde » ? Ou bien des scènes de moines dévots et de rites exotiques ?

“FREIES TIBET ? Staat, Gesellschaft und Ideologie im real existierenden Lamaismus.” de Albert Ettinger

272 pages, format 24 x 16,5 cm, 788 notes de bas de page, 75 photos en noir et blanc, abondante bibliographie (en allemand, en anglais et français), publié par les éditions Zambon de Francfort

prix : 19 €

à commander avec réf. ISBN : 978 3 88975 232 1

FREIES TIBET ? (traduction de la 4e de couverture)

Le TIBET… Quelles sont les images ou les idées qui vous passent par la tête quand vous lisez ou entendez ce mot ? Une expression toute faite comme « le toit du monde » ? Ou bien des scènes de moines dévots et de rites exotiques ? Autre évocation peut-être : « Sa Sainteté », le dalaï-lama, le « dieu vivant » tibétain, affable et jovial, connu pour son charme, ses gloussements et son sourire tantôt complaisant, tantôt espiègle ? En tout cas, vous y associez ‒ sûrement, n’est-ce pas ? ‒ des connotations positives : Bouddha, sagesse, spiritualité, méditation, ascèse, éveil, illumination, tolérance, pacifisme, non-violence… Cependant, il se pourrait aussi que le mot TIBET vous fasse penser à … « un enfer sur terre » ! Car cette expression, tant le dalaï-lama que le gouvernement chinois l’ont utilisée à maintes reprises pour décrire la situation du Tibet. C’était, bien sûr, pour désigner des réalités tout à fait différentes et même carrément opposées. Si l’on en croit le dalaï-lama, c’est le Tibet chinois, le nouveau Tibet qui mérite d’être traité d’ « enfer » et de « grande prison », surtout parce que la religion, qui à ses yeux est le cœur de l’identité et de la culture tibétaines, y serait opprimée. Selon Pékin, en revanche, c’est justement le théocrate exilé et les anciennes élites tibétaines qui représentent un « enfer sur terre », à savoir le Tibet traditionnel qui aurait été un régime féodal éminemment cruel, inhumain, tyrannique et corrompu.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette