Tibetdoc

Accueil du site > Publications > recensions > Réflexions à propos de "Fascination tibétaine" de Donald S. Lopez

Réflexions à propos de "Fascination tibétaine" de Donald S. Lopez

mardi 10 janvier 2012

En 2003, les Éditions Autrement publiaient la traduction française de « Prisoners of Shangri-la. Tibetan Bouddhism and the West” (University of Chicago 1998), sous le titre “Fascination tibétaine. Du bouddhisme, de l’Occident et de quelques mythes ». L’auteur de ces trois cents pages est le professeur américain Donald S. Lopez. Traduction de Nathalie Münter-Guiu. Préface de Katia Buffertrille.

On peut se demander d’abord pourquoi Henry Dougier, le directeur de la collection AutrementFrontières, a opté pour ce titre passe-partout « Fascination tibétaine » en lieu et place de « Prisonniers de Shangri-la ». Sans doute a-t-il perçu qu’il aurait été difficile de vendre aux lecteurs français un livre leur renvoyant l’image de la prison intellectuelle dans laquelle les a enfermés une intelligentsia largement aux ordres des lobbies indépendantistes ou « dalaïstes ».

Quoi qu’il en soit, ce livre est une véritable somme, non sur le Tibet lui-même, mais sur l’image qu’en perçoit l’Occident. Les cinquante pages de notes en petits caractères en fin de volume sont là pour attester du sérieux de l’entreprise, même si l’on est en droit de se poser des questions sur l’absence, dans la bibliographie, de noms aussi importants que Tom Grunfeld, Michael Parenti, Patrick French ou Melvyn Goldstein (cité toutefois dans plusieurs notes).


Donald Lopez n’avance pas masqué. Dans son prologue du 10 mars 2001, « jour anniversaire de l’insurrection tibétaine », il déclare sans ambages qu’il a effectué son travail de chercheur « sans pour autant remettre en cause un seul instant la défense de l’indépendance tibétaine » (p. 13). Le paradoxe est que, malgré ce présupposé dont le moins qu’on puisse dire est qu’il n’est pas très scientifique, Donald Lopez réussit à donner de la question tibétaine un aperçu qui est tout sauf simpliste ou manichéen.

De temps à autre, il est vrai, ses sympathies indépendantistes prennent le pas sur la rigueur de l’analyse. Ainsi, quand il parle de l’ « invasion chinoise » (p. 188), pourquoi ne pas signaler que, d’un autre point de vue, il pourrait s’agir de la récupération d’une province traditionnelle ? Quand il dit que « le Dalaï-Lama a été forcé de quitter le pays » (p. 285, n. 45), on aimerait qu’il en dise davantage sur les motivations de ceux qui l’ont poussé à fuir. Quand il affirme que les Chinois ont provoqué « la mort de centaines de milliers de Tibétains » (p. 22), n’aurait-il pas dû vérifier ces chiffres dont la grossière manipulation allait provoquer la démission de Patrick French de la présidence de « Free Tibet Campaign » ? Ce que, dans son chapitre sur l’art tibétain, D. Lopez dit à propos des interprétations « auxquelles, à force de répétition, on a fini par conférer une véritable valeur scientifique » (p. 158) pourrait aussi s’appliquer aux clichés antichinois qu’il partage avec nombre d’universitaires occidentaux. Quant à ses silences, ils sont aussi éloquents : pourquoi se contente-t-il de présenter Heinrich Harrer comme un simple alpiniste (p. 116) sans préciser que ce personnage était un SS autrichien auquel le dalaÏ-lama est resté lié pendant très longtemps ?

Ces critiques n’enlèvent toutefois rien à l’intérêt de l’ouvrage, car les préjugés du militant Lopez ne l’emportent pas sur les exigences du savant Lopez, les deux postures n’en faisant qu’une dans son esprit : il est, en effet, persuadé que « l’idéalisation constante du Tibet – de sa religion et de son histoire – finira par nuire à la cause de son indépendance » (p. 21). Il peut alors déployer sans réserve son esprit critique dans une démonstration très convaincante de l’emprisonnement idéologique des esprits occidentaux, impuissants à voir le Tibet tel qu’en lui-même, et qui ne font que projeter sur ce pays tantôt leurs peurs ou leur détestation, tantôt – et le plus souvent – leurs espoirs ou leur vénération.

Le Tibet doit être le seul sujet au monde dont on puisse dire tout et son contraire, de bonne foi ou de moins bonne foi. Donald Lopez dresse un catalogue impressionnant des approximations, des clichés, contre-vérités qui caractérisent l’approche occidentale de la réalité tibétaine. Pour certains, le Tibet est un territoire désolé et inhospitalier ; pour d’autre, c’est une terre promise. Pour certains, l’art tibétain n’est que reproduction sans âme ; pour d’autres c’est l’expression ultime de l’indicible. Pour certains, la religion tibétaine n’est qu’un ramassis de superstitions dégradantes ; pour d’autres, bien plus nombreux, c’est une sagesse merveilleuse, seule capable de remédier au matérialisme contemporain, jusqu’à inspirer les adeptes du New Age. Explorateurs, missionnaires, colonisateurs, universitaires, bouddhologues et tibétologues authentiques ou autoproclamés, voire imposteurs, tous ont contribué à créer le mythe occidental du Tibet, un mythe qui continue à fonctionner. Donald Lopez a décrit magistralement ce que le Tibet n’est pas. À ce titre, il a fait une œuvre indispensable.

Mais, en refermant son livre, nous n’en savons pas beaucoup plus sur ce qu’est le Tibet d’aujourd’hui. Ce n’était pas, bien sûr, le propos de Donald Lopez. Mais de là à réduire l’artiste du Tibet à « celui qui produit des thangka pour les touristes » (p. 177), il y a un pas qu’il n’aurait pas dû franchir : en bon intellectuel, il n’aurait pas dû accréditer ainsi l’accusation de « génocide culturel » selon laquelle la culture tibétaine ne serait plus que du folklore pour touristes. Il existe, en effet, dans le Tibet actuel, des artistes qui pratiquent leur art en toute authenticité au service de monastères assez opulents. Il se passe aujourd’hui au Tibet, un nombre impressionnant de célébrations populaires et de festivals mi-profanes mi-religieux où les rares étrangers sont noyés dans une foule considérable de Tibétains hauts en couleurs. Quoi qu’on en dise, la culture tibétaine est loin d’être aujourd’hui menacée.

L’ouvrage de Donald Lopez appelle d’autres approches : historiques, sociologiques, anthropologiques, politique, géopolitiques..., car la RAT est tout sauf un mythe, c’est une région habitée par trois millions d’hommes et des femmes réels, dont l’histoire et les conditions d’existence mériteraient d’être mieux connues chez nous que la fable du Shangri-la. André Lacroix,

traducteur de

"The Struggle for Modern Tibet The Autobiography or Tashi Tsering" éditions Golias, 2010 (andre.lacroix@base.be)

2 Messages de forum

  • Bonjour,

    Je suis atterré par le ton de ce compte-rendu à propos de "Fascination tibétaine". Nous avons là manifestement affaire chez Monsieur André Lacroix à une prise de position ouvertement pro-chinoise sans aucun recul ni aucun état d’âme pour le sort d’un peuple opprimé comme l’est encore à l’heure actuel le peuple tibétain (les immolations récentes de moines tibétains au Sichuan sont là pour en témoigner). Je m’interroge toujours sur les motivations qui peuvent ainsi mener certaines personnes à adopter le point de vue du plus fort, en l’occurence celui d’une grande nation, la Chine, mais qui est malgré un pays gouverné par un régime totalitaire, l’un des pires qui subsiste sur la planète, un endroit où l’on torture très couramment et où l’on exécute beaucoup de prisonniers, la peine de mort et de lourdes peines étant encore largement appliquées, non seulement aux prisonniers de droit commun, mais aux opposants politiques ou supposés l’être comme le sont nombre de Tibétains qui manifestent pour obtenir la liberté d’expression et des droits égaux à tout citoyen chinois — ce qui est bien loin d’être le cas. C’est vraiment choquant, dans notre pays "de liberté", d’entendre un tel discours, ravalant le Tibet à l’état de "province" chinoise. C’est ne rien connaître à l’histoire culturelle et politique de la région et aux relations complexes entre ces deux peuples résolument distincts, ou bien cela reflète des intérêts particuliers, économiques ou idéologiques, poussant à épouser sans aucun recul le point de vue officiel de Beijing. Quant à ramener l’amitié du dalaï lama actuel avec Heinrich Harrer présenté comme un SS à une sympathie pour le national socialisme, c’est pousser très loin le bouchon de la mauvaise foi. À l’époque où HH est arrivé au Tibet, il était certes nazi, mais il a été profondément transformé par son séjour sur le Toit du Monde. On peut être nazi (ou bien, tout aussi grave du point de vue des morts occasionnés par les régimes totalitaires, "maoïste" !) un moment de sa vie et changer ensuite de point de vue sans être damné pour l’éternité ! Tout le monde peut se tromper, mais aussi tout le monde a la possibilité d’évoluer et de changer sans porter une étiquette infâmante toute sa vie. En outre, le dalaï lama, à cette époque (la 2e guerre mondiale), n’a guère eu l’opportunité de consulter d’autres interlocuteurs étrangers que HH qui lui a appris nombre de choses sur le monde occidental qu’il ne lui était pas possible de connaître autrement. Cela l’a préparé à son rôle difficile en exil. Le dalaï lama n’est pas un homme prêt à renier une amitié si celle-ci lui a été précieuse. Cela ne fait pas de lui un complice du nazisme comme certains mauvais esprits sont prêts à l’insinuer....

    On peut certes ne pas aimer ou ne pas être d’accord avec le point de vue de Dharamsala, on peut aussi réagir à un certain lobbying pro-tibétain, mais comment ne pas voir combien ce lobbying est bien peu de chose quand on le compare à celui, énorme, mis en place depuis des années avec véhémence par le gouvernement chinois ! La lecture de "Le Tibet est-il chinois" de A.M. Blondeau et Katia Buffetrille devrait ramener l’auteur de cet article à plus de mesure et d’objectivité. Du moins je l’espère pour lui. Je suis prêt à débattre avec ce monsieur si cela lui dit, car il est facile de montrer combien ses points de vue sont largement empreints de préjugés sans fondements. Ceci dit, j’apprécie moi-même le livre de Donald Lopez qui a fait un honnête travail de tibétologue et remet un certain nombre de choses en place qui devaient l’être, malgré quelques imprécisions bien pardonnables.

    Philippe Cornu, professeur à l’UCL, chargé de cours à l’INALCO, tibétologue.

    • Monsieur le Professeur,

      Je n’avais jamais imaginé que ma recension critique de « Fascination tibétaine » de Donald Lopez aurait pu un jour atterrer quelqu’un.

      J’aime le peuple tibétain, qui m’est éminemment sympathique et je ne vois pas ce qui, dans les lignes que j’ai écrites, pourrait vous faire penser que je suis insensible à son sort.

      Je me suis contenté, après avoir qualifié l’ouvrage de Lopez de « véritable somme », d’en relever quelques points qui, à mes yeux, auraient mérité une approche un peu plus large, comme, par exemple, l’indépendance du Tibet, la fuite du dalaï-lama ou le nombre de victimes tibétaines.

      Quant à Heinrich Harrer, si Lopez avait signalé, ne fût-ce qu’en note de bas de page, que ce monsieur n’était pas simplement alpiniste, je n’en aurais même pas parlé ; je suis d’accord avec vous pour dire qu’un homme peut changer au cours de sa vie.

      Il me semble par ailleurs que le jugement que vous portez sur la Chine manque à tout le moins de nuance.

      Il me semble aussi que vous sous-estimez le poids du lobbying des exilés tibétains ; j’en ai fait moi-même l’expérience quand j’étais à la recherche d’un éditeur pour ma traduction française de la biographie de Tashi Tsering, un Tibétain de l’intérieur qui, tout en étant plein de respect pour le dalaï-lama, n’en partage pas les idées politiques.

      Comme vous me le suggérez aimablement, je suis tout prêt à débattre avec vous, que ce soit par écrit ou oralement : n’habitant pas loin de Louvain-la-Neuve, je peux me rendre facilement à l’UCL .

      Au plaisir de faire votre connaissance, je vous prie d’agréer, Monsieur le Professeur, l’expression de ma meilleure considération.

      André Lacroix, andre.lacroix@base.be


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette