Tibetdoc

Accueil du site > Dalaï-lama > Discours et lettres > Les lettres de “bonne année” du 14e dalaï-lama

Les lettres de “bonne année” du 14e dalaï-lama

Une lettre aux Chinois et une aux Tibétains

dimanche 8 mars 2009, par Jean-Paul Desimpelaere

Le 26 janvier 2009 le 14e dalaï-lama publiait une lettre avec ses « vœux de bonne année pour tous les Chinois », ceci à l’occasion du Nouvel An Chinois. Le 24 février, il en écrivait une autre pour « tous les Tibétains » à l’occasion du Nouvel An tibétain. Les lettres ne contiennent pas de message religieux, ni de considérations philosophiques et ne sont pas imprégnées d’une haute spiritualité. Ce sont deux manifestes politiques, du début à la fin.

Chez nous, nous renverrions de pareilles lettres politiques émanant d’un archevêque à son expéditeur. Voici en guise d’illustration quelques fragments des lettres ; parfois il faut lire entre les lignes de ce langage ‘diplomatique’. Au début de sa lettre de « bonne année à tous les Chinois », le 14e dalaï-lama s’adresse aux Chinois avec « mes frères et mes sœurs », pas avec ‘mes chers compatriotes’, pour lui la Chine est un ‘autre pays’, cela va de soi. Tandis que dans sa lettre de « bonne année à tous les Tibétains », il emploie la formule « nous, les Tibétains ». Une autre ‘finesse diplomatique’ : dans sa lettre « à tous les Chinois », il salue d’abord les Chinois qui vivent à l’étranger et ensuite les Chinois de « l’intérieur de la Chine ». Pourquoi ? C’est ici qu’il faut lire entre les lignes. Pour lui, les Chinois ‘ vivant à l’étranger’ sont ‘libres’ - il compte pas mal d’amis parmi les ‘dissidents’ chinois – tandis que les Chinois de ‘l’intérieur’ ne sont pas ‘libres’ selon lui. Il existe une complicité entre l’ex-élite tibétaine résidant à l’étranger et des Chinois qui dans le passée ont combattu le système d’économie et de politique socialiste de la Chine et qui ont quitté le pays. Le 14e dalaï-lama dit explicitement dans sa lettre « de bonne année à tous les Chinois », que ceux « de l’intérieur ne jouissent pas de la liberté de conscience et qu’ils ne peuvent pas savoir ce qui se passe dans le monde, car ils n’ont pas le droit de regarder la BBC ni la CNN. » « J’en suis profondément déçu, » ajoute-t-il. Dans sa lettre « à tous les Chinois », il appuie ouvertement les « opposants de l’intérieur de la Chine qui se dévouent à la lutte pour la liberté, la démocratie, la justice, l’égalité et les droits de l’homme ». Un petit refrain qui commence à nous ennuyer un peu, non ? « Nous pouvons être fiers de ces personnes-là, » conclu-t-il. Ne faut-il pas entendre qu’il n’est pas ‘fier’ des centaines de millions de Chinois qui défendent le système sociopolitique chinois. Ce n’est pas une lettre de bonne année à « tous les Chinois », mais seulement à ‘certains’ Chinois.

Venons-en à sa lettre « à tous les Tibétains ». D’abord, il glorifie les incidents du 14 mars 2008 à Lhassa et les décrit comme une « résistance héroïque », alors que nous savons, par les témoignages de touristes, qu’il s’agissait de lynchages et d’incendies criminels de la part de bandes de Tibétains. « J’ai une énorme admiration pour l’enthousiasme, pour la fermeté et pour l’esprit de sacrifice des Tibétains au Tibet » écrit-il en guise de ‘saint’ encouragement. « Mais, » dit-il, « il est difficile d’atteindre notre but en sacrifiant des vies. » Traduction : il ne dit pas que c’est ‘impossible’, ni ‘à exclure’, il dit simplement que c’est « difficile », sans doute en se rappelant de l’échec de sa guérilla de 1956 à 1974. Concernant les incidents de mars 2008, il parle de « centaines de morts parmi les Tibétains et de milliers de prisonniers torturés », sans que ‘son administration’ en apporte des indices réels. Le gouvernement local tibétain à Lhassa a pourtant publié une liste des morts (19) et des condamnés devant le tribunal (76).

Le 14e dalaï-lama ajoute une note religieuse à l’égard des Tibétains : « Menez des actions positives qui mettront en valeur les des actes justifiés des martyrs tibétains tombés lors des événements tragiques de l’année passée, pour que ces martyrs puissent accéder au nirvana. » Il indique lui-même ce qu’il entend par « actions positives » : « les Tibétains subissent une telle cruauté et sont tellement tourmentés qu’ils n’ont pas d’autre choix que de se révolter ». Un appel clair et sans réserves, deux semaines avant le 14 mars, à reproduire les incidents de l’année passée (lynchages, incendies).

P.-S.

Ces deux lettres se trouvent, entre autres, sur le site de « International Campaign for Tibet » et sur le site personnel du 14e dalaï-lama.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette